Vancouver Agreement header...Refresh for more!
L’ACCORD DE
VANCOUVER

L’histoire de Frank :

Les Dieux m’ont sour

Reproduit et traduit avec la permission de BOB | Building Opportunities with Business

Frank

Frank a terminé son programme de formation sur le service à la clientèle de Business Links au BOB en septembre 2007. Depuis, il travaille à Rona, un des commanditaires de Business Links. Voici son histoire, telle qu’il la raconte.

« Il y a huit ans, je suis passé par une période très difficile. J’avais 50 ans, je venais de divorcer, je ne voyais pas assez souvent mes trois enfants et j’ai perdu mon travail après y avoir consacré 10 ans de ma vie. En plus, j’étais en train de me remettre d’une série de quatre opérations.

Entre 2002 et 2007, j’ai vécu avec mon allocation d’aide sociale de 510 $ par moi. Une fois le loyer payé, il ne me restait plus que 85 $ par mois pour la nourriture, le transport et les dépenses de la vie courante. Pas question de me payer des divertissements en plus! Alors qu’ai-je fait pendant cinq ans? J’ai hiberné. J’ai fait une dépression et je me suis convaincu que personne ne voudrait plus jamais engager un type dans la cinquantaine, épuisé mentalement et en mauvaise santé. Autrement dit, je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel.

Et puis un jour, en 2007, je suis allé à un atelier sur les métiers de Tradeworks. Pourquoi? Je ne saurais trop le dire, parce que je n’avais guère d’espoir de changer ma vie. Pourtant, à Tradeworks, le personnel m’a aidé à reprendre confiance en moi et en la vie, il m’a fourni de nouveaux vêtements, des verres, des bons pour de la nourriture et même une coupe de cheveux. Tout cela m’a aidé à avoir une meilleure opinion de moi-même et m’a redonné l’envie de chercher du travail.

Tradeworks m’a ensuite envoyé à un programme de formation sur le service à la clientèle, administré par Building Opportunities with Business [BOB]. À l’atelier, je me suis retrouvé avec d’autres gens comme moi, de sorte que je ne me suis plus senti aussi seul. Solidaires, nous partagions nos difficultés et nous nous encouragions les uns les autres.

Ramesh, de BOB, et les animateurs du Programme nous soutenaient et exerçaient sur nous une influence positive. J’ai repris confiance en moi, jusqu’au jour où je me suis rendu compte que j’étais prêt : prêt à aller chercher du travail et à recommencer à me sentir content de moi et confiant en l’avenir. Pendant ce cours d’une semaine, nous avons aussi été voir les magasins Safeway et Rona, et nous avons assisté à des rencontres avec des gestionnaires des ressources humaines.

Quand j’ai terminé le cours, je suis allé à des entrevues à Safeway et à Rona. Les deux m’ont offert un poste dans différents départements. C’était extraordinaire! Voilà qu’on m’offrait deux emplois alors que j’étais convaincu que je ne passerais jamais l’étape de l’entrevue. J’ai accepté l’offre de Rona de travailler au département saisonnier. J’avais beaucoup de chance, parce que j’avais une équipe de collègues très soucieux de m’aider, mais surtout, j’ai eu la chance d’avoir un gestionnaire des RH qui comprenait bien ma situation financière et sociale, et mes problèmes de santé.

Et où en suis-je maintenant, quatre mois plus tard? Pour commencer, mais ce n’est pas le plus important, au lieu de 510 $ par mois pour vivre, je gagne au moins deux fois ce montant. Cela m’assure de toute évidence une meilleure qualité de vie et suffisamment de nourriture. Je peux aussi m’offrir le câble, un téléphone et Internet, sans parler des transports publics et d’une virée occasionnelle au restaurant pour le dîner ou le souper. L’argent, c’est bien, mais ce qu’il y a de mieux, c’est que j’ai maintenant la liberté d’aller dans des musées et des galeries, des bibliothèques et même au cinéma.

Le plus gros impact que tout cela a eu sur ma vie a été de me faire sortir de ma coquille. À Rona, je m’ouvre, avec mes collègues et les clients. J’ai maintenant une meilleure opinion de moi-même, de sorte que j’ai eu le courage de reprendre contact avec mes anciens copains de mon équipe de soccer, que j’évitais depuis des années. J’étais trop déprimé pour me regarder dans le miroir, pas question d’aller me montrer à mes anciens amis!

Je suis aussi en train de préparer mon déménagement. Je quitte mon petit appartement en sous-sol et presque sans fenêtre pour un autre plus grand, avec de grandes fenêtres, une baignoire (!!!), un réfrigérateur, une cuisinière et un balcon. Eh oui! Les Dieux m’ont souri! C’est comme si j’avais gagné à la loterie, c’est comme ça que je me sens.

Je pense que ma vie est sur la bonne voie. Tradeworks m’a donné la chance de redémarrer, mais c’est Ramesh et ses collègues de BOB qui m’ont donné les moyens de saisir cette chance. Et je leur en serai à tous éternellement reconnaissant.

Certains disent : « Bob est ton oncle! » Moi, je dis que « BOB est mon meilleur ami! ».

Encore une fois, merci de tout mon cœur, Ramesh et Liz!

Frank

Dernières nouvelles (juillet 2009)

Pendant les 18 mois que Frank a passés à travailler à Rona, il a repris confiance en lui. « Quand j’ai débuté à Rona, j’étais très timide », rappelle-t-il. Je n’osais pas répondre aux questions des clients au téléphone. Maintenant, je commence chacun de mes quarts dans l’attente de pouvoir aider un client, en personne ou par téléphone. »

Liz Charyna, gestionnaire du programme de partenariat et de soutien à l’emploi de BOB, a récemment rendu visite à Frank au travail. « Un client a appelé pour dire à Frank à quel point il était satisfait du service que celui-ci lui avait fourni quand il était venu acheter un barbecue au magasin, se souvient-elle. Et durant l’appel, le client a commandé un ensemble pour patio de 2 000 $! »

Depuis 2004, en vertu de l’Accord de Vancouver, BOB a reçu un financement très généreux pour ses activités centrales, ses programmes de formation, la création de sa base de données et le lancement de projets, en plus de la mise en œuvre de programmes comme le Programme d’emploi de Business Links (Business Links Employment Program), la Stratégie de regroupement d’entreprises (Business Cluster Strategy) et le projet de coordination des cas (Case Coordination Project).

Plus de récits >