Vancouver Agreement History
L’ACCORD DE
VANCOUVER

Histoire

Le Downtown Eastside (DTES) a été le premier établissement de Vancouver. Il comprend les quartiers Strathcona, Chinatown, Gastown, Victory Square et Oppenheimer/Japantown.

Cette partie de la ville a déjà été un secteur plein de vie où l’on trouvait des sièges sociaux, des banques, des théâtres, des hôtels, de grands magasins, une bibliothèque et des logements pour personnes à revenu faible ou moyen. La disparition progressive des habitations à loyer modéré dans d’autres parties de la ville et la désinstitutionnalisation de milliers de patients d’établissements psychiatriques ont poussé plus de personnes à chercher un logement à prix abordable dans le DTES.

Au début des années 1990, lorsque les problèmes de stupéfiants se sont aggravés dans l’ensemble de la société, plus de toxicomanes se sont installés dans le secteur et en ont fait un centre pour le trafic de stupéfiants et les activités criminelles qui y sont associés. Cela a eu des effets sur toute la collectivité, en particulier les entreprises locales. En même temps, d’importants détaillants et de grands édifices publics ont déménagé sur la rue Granville, le nouveau centre-ville de Vancouver. Malgré ces changements, les résidants établis dans le DTES ont réussi à maintenir le dynamisme des quartiers centraux.

En 1998, l’administration municipale de Vancouver a approuvé le programme de mesures stratégiques pour le Downtown Eastside (Program of Strategic Actions for the Downtown Eastside) afin de s’attaquer à la criminalité, à l’abus d’alcool et d’autres drogues, aux problèmes des sans-abri et à la pauvreté, d’améliorer la santé et la sécurité des résidants et de favoriser la revitalisation économique. Le programme de revitalisation du DTES, d’une durée de cinq ans, visait à créer une collectivité saine et sûre.

La grave crise de santé dans le DTES a incité les autorités à conclure l’Accord de Vancouver (AV). En effet, une forte incidence de maladies mentales, de pharmacodépendance et de VIH/sida caractérisait la population locale. Les autorités sanitaires ont déclaré le DTES centre d’une épidémie de VIH dans la région.

La ville de Vancouver n’avait pas les pouvoirs ou les fonds nécessaires pour s’attaquer à cet ensemble complexe de problèmes systémiques, sociaux et économiques. Il fallait la participation des autres ordres de gouvernement pour y parvenir. L’AV, conclu en 2000, a été l’un des mécanismes utilisés pour mettre en œuvre le programme de mesures stratégiques pour le Downtown Eastside de la ville de Vancouver et faire face à la crise sanitaire. Il a aidé tous les ordres de gouvernement à concentrer leur attention sur les problèmes et à élaborer des approches coordonnées pour les solutionner.

Dans leur processus de planification, les partenaires de l’AV ont élaboré la vision de l’avenir suivante pour les collectivités du centre-ville, le moteur de l’AV jusqu’en 2010 :

La collectivité doit continuer d’inclure et de soutenir les personnes et les familles à faible revenu, ainsi que celles qui ont besoin de services spéciaux en raison d’une maladie mentale ou d’une pharmacodépendance. Elle doit aussi accueillir des personnes, des façons de vivre et des entreprises nouvelles.

Les initiatives stratégiques élaborées pour concrétiser cette vision de l’avenir sont axées sur les quatre secteurs suivants :

  • Revitalisation économique
  • Sécurité
  • Logement
  • Santé et qualité de vie

Pendant les premières années de l’AV, d’intenses efforts ont été déployés pour rassembler tous les parties concernées par ces problèmes particuliers. Des équipes de travail composées de représentants d’organismes gouvernementaux ont collaboré pour trouver et appliquer des mesures comme la stratégie à quatre volets de lutte contre la drogue (Four Pillars Drug Strategy), l’initiative visant l’exécution améliorée des lois (Enhanced Enforcement) et le plan d’action pour les sans-abri (Homelessness Action Plan). Même si ces activités étaient coordonnées par l’AV, elles continuaient d’être la responsabilité de leurs organismes gouvernementaux respectifs.

Avec l’injection des fonds fédéraux et provinciaux en 2003, l’AV a aussi servi à verser des subventions aux organismes communautaires pour soutenir les mesures des quatre initiatives stratégiques. La plupart de ces subventions se sont ajoutées au financement des gouvernements, des fondations et des organismes sans but lucratif. Pendant la durée de l’AV, plus de 70 projets ont été financés par l’intermédiaire de presque 50 organisations différentes.

En 2009-2010, la dernière année de l’AV, bon nombre d’activités sont intégrées à d’autres programmes gouvernementaux. Par exemple, la province collabore étroitement avec la Ville de Vancouver pour accroître le parc de logements à prix abordable dans le centre-ville. L’administration municipale, en collaboration avec les autres ordres de gouvernement, s’est engagée dans plusieurs stratégies de revitalisation du Downtown Eastside et le gouvernement fédéral continue de se concentrer sur la revitalisation économique.